Crédit photo : Paul Compère

comportements

Calmer notre ego quand il "pensouille" trop.

Ruminations

Qu’est-ce que la pensouille ?

Nous avons tous un hamster dans la tête !

Et ce petit rongeur invisible est capable, en une fraction de seconde, de capter toute notre attention et de se mettre à courir à nous en faire perdre la boule !

Ce hamster, baptisé "Pensouillard", pensouille plus qu’il ne pense.

Pensouiller c’est juger, blâmer, critiquer, ressasser, regretter, etc. Pensouiller, c’est le mode d’expression de l’ego qui est "le résultat d’une activité mentale qui crée et maintient en vie une entité imaginaire dans notre esprit." 

L’égo c’est le MOI qui ne cesse de geindre, de se plaindre, de tout ramener à lui, bref, de nous faire vivre l’enfer !

Comment calmer le jeu ?

Hamster

La solution : la décroissance personnelle…en une seconde.

La décroissance personnelle n’est pas la suppression de l’ego, rassurons-nous. Il s’agit plutôt d’une sorte de pleine conscience. « La décroissance personnelle est la fraction de seconde au cours de laquelle vous prenez conscience que votre esprit est entièrement habité par des mots ou des images contaminés par l’ego. C’est l’instant où l’attention surprend "Pensouillard" alors qu’il monte dans sa roue. »

Ainsi pendant ce court instant, le "je, moi, me" s’efface au profit d’une pleine conscience de l’instant présent dépolluée d’intérêts personnels et d’envie de préservation/croissance. Cette activité "mentale-conscience" , s’appuie essentiellement sur ce que nous renvoie nos sens. Elle s’oppose à l’activité "mentale-ego", chef-lieu de Pensouillard.

En gros, nous nous (r)éveillons.

Et cela demande un sacré entrainement pour que cela devienne un nouveau réflexe.

Exercice de décroissance

Paradoxalement, il est facile de stopper l’activité de Pensouillard.

Le plus difficile est de prendre conscience que le hamster s’est mis à gigoter et à déblatérer. Une fois remarqué, on est capable de le faire taire avec un exercice très simple :

Concentrer son attention sur notre respiration en prenant soin de respirer par le nez.

"Quoi c’est aussi simple ? N’importe quoi. Cet auteur est vraiment…. Je regrette la lecture de cet article !" HoHoHo... là, vous voyez, là, c’est Pensouillard qui vient de s’exprimer. Profitez-en pour tester l’exercice. Respirez par le nez (en souriant c’est encore mieux - par la grâce de la rétroaction faciale chère au yoga du rire) et prenez conscience de toutes les sensations dans votre corps : l’air qui s’engouffre dans votre nez, qui vous chatouille peut-être les narines, qui gonfle voter abdomen, etc.

Et voilà, le mental-ego laisse place au mental-conscience.

En résumé :

1) remarquer

2) respirer

3) recommencer autant de fois que nécessaire

Source 

Prendre du recul dans les situations stressantes ?

3 types de stress

et ensuite...

Multiplier les points de vue

Il s’agit d’exprimer plusieurs points de vue rapides de personnes qui seraient confrontées à la même situation.

Plus la palette des personnes imaginées est grande, plus cet exercice est apaisant.

Pour que l’exercice soit efficace, prendre des points de vue caricaturaux, farfelus, stéréotypés, tous très différents (un policier, un poète, un chat, le président de la république, un martien, la belle mère…)

  • Qu’est-ce qu’ils penseraient de la situation ?

  • Qu’est-ce qu’ils me diraient ?

  • Que feraient ces personnes dans la même situation ?

L’idée est de percevoir la situation sous un autre angle.

Choisir une situation stressante.

Évaluer son niveau de stress de 1 à 10 dans cette situation.

Multiplier les points de vue sur cette même situation.

Par exemple, « je suis stressé(e) car ma fille veut devenir artiste » -> « Qu’en penserait un acteur ? Quel serait son discours sur les réalités de ce métier ? ».

 

Les pensées alternatives

Cet exercice permet de mettre une situation de stress en perspective en travaillant sur la relativité, l’adaptation et la curiosité.

  • Choisir et décrire une situation perçue comme négative et stressante

  • Décrire le ressenti, le type de stress perçu (anxiété, agressivité, découragement, envie de fuite…)

  • Imaginer des pensées alternatives :

    • À quelles alternatives puis-je penser ?

    • Dans un conflit (si je me mettais à la place de l’autre): qu’est-ce qu’il peut bien penser ?

    • Qu’est-ce que je peux changer dans cette situation ? Sur quels éléments ai-je du pouvoir ?

    • Qu’est-ce qui n’est pas sous mon contrôle ?

    • Si quelqu’un d’autre était dans ma situation, qu’est-ce que je lui dirais ?

    • De quelles ressources personnelles ai-je besoin pour gérer cette situation ?

    • Comment je me sens une fois toutes ces pensées évoquées ?

    • Est-ce que mon stress a changé ? a-t-il diminué ?

 

Ouvrir les possibles par des pensées positives et motivantes

Curiosité :

Pour savoir, j’ai besoin d’essayer.

Je me jette à l’eau.

Le nouveau m’attire.

Et si je voyais cette situation comme une nouvelle expérience ?

Comment découvrir ce que cette situation m’apporte ?

Adaptation :

Faire l’autruche, c’est reculer pour mieux sauter.

Regarder les choses en face sans les nier, c’est l’occasion de rebondir.

J’aime les surprises et l’imprévu.

Et pourquoi pas ?

Qu’est-ce que je peux changer à cette situation ?

Nuance :

Ne jugeons pas sans savoir.

Les apparences sont parfois trompeuses.

Quel est le besoin non exprimé et sous jacent ?

Comment pourrais-je nuancer mon point de vue ?

Quels sont les avantages et les inconvénients de cette situation ?

Relativité :

Qu’est-ce que j’en penserai demain matin après que la nuit m’ait porté conseil ?

Qu’est-ce que j’en penserai dans 10 ans ?

Que pourrait en penser un tel ou une telle ?

Réflexion :

J’aime comprendre la logique des choses.

Quelles sont les règles invisibles qui gouvernent les événements ?

Quelles sont les causes et les conséquences de cette situation ?

Opinion personnelle :

Qu’est-ce que je gagne à toujours vouloir avoir raison ?

Qu’en dit mon cœur ?

Quels sont mes émotions et mes besoins ?

Quels sont les émotions et les besoins de l’autre ?

Quelle est la bonne raison d’agir de l’autre ?

…………………………………………………………………………..

Source

Les 4 besoins humains de base essentiels de l'engagement au travail...ou ailleurs

I love my job

 

Tous les jours, l'esprit de millions de personnes meurt à l'entrée de leur lieu de travail. Il y a une épidémie de travailleurs qui se désintéressent et se désengagent de leur travail et le coût pour l'économie américaine a été évalué à plus de 300 milliards de dollars par an. Selon un sondage de Deloitte, seulement 20% des personnes se disent vraiment passionnées par leur travail, et les sondages Gallup montrent que la grande majorité des travailleurs sont désengagés, avec environ 23 millions de personnes «activement désengagées».

Ce problème présente un énorme défi pour les dirigeants. Pire que de faire face aux effets du turn-over, il s'agit de gérer des travailleurs désengagés qui ont décidé de «quitter et rester», de les payer pour sous-performer et finalement nuire à l'efficacité organisationnelle de l'entreprise concernée.

En effectuant plus de 19 000 entretiens de départ volontaire, Leigh Branham, auteur de "The 7 Hidden Reasons Employees Leave", a identifié quatre besoins fondamentaux qui, s'ils sont respectés, favorisent l'engagement de chacun.

4 besoins humains pour lengagement 1

1/ CONFIANCE : La confiance est le fondement de toute relation fructueuse et, sur le lieu de travail, elle est non négociable si les dirigeants souhaitent tirer parti de tous les efforts et de la passion de leurs salariés.

2/ ESPOIR : Dans une entreprise, les dirigeants sont des revendeurs d'espoir et devraient insuffler un sentiment d'espoir dans les personnes qu'ils dirigent. Tout salarié a besoin de croire qu'il sera en mesure de grandir, de développer ses compétences et d'avoir la possibilité d'évoluer ou de progresser dans sa carrière.

3/ SE SENTIR UTILE : Malgré ses difficultés et ses défis, le travail est une expérience intrinsèquement enrichissante pour tous. Nous tirons énormément d'estime de soi de notre travail lorsque nous nous sentons reconnus.

4/ SE SENTIR COMPÉTENT : Si le travail est trop simple, il est facile de perdre tout intérêt et de se désengager. Si le travail est trop difficile, il peut mener au découragement et à la frustration. Les dirigeants devraient constamment être à la recherche de moyens pour placer chaque salarié au bon endroit où il serait mis au défi au juste niveau.

Le non-respect de ces besoins coûte aux entreprises un montant équivalent à 7% de leurs ventes annuelles totales.


Le respect de ces besoins entraîne : - une baisse significative (comprise entre 9% et 32%) du turn-over.
                                                    - une amélioration de 3 à 4% des scores de satisfaction des clients et une augmentation correspondante de 1,5% du chiffre d'affaires.
                                                    -  une hausse de productivité de 5% à 10%.

La crise de milieu de vie

Senior0104

La crise du milieu de la vie ?
 

Ça fait penser à ce qui se passe à la fin d’une randonnée en montagne : après avoir atteint le sommet, on redescend tranquillement dans la vallée.

Effectivement, parmi les soucis de la quarantaine, figure le sentiment que, au moins corporellement parlant, on est sur la pente descendante.

Ce n’est pas forcément désagréable, les descentes, elles comportent même des aspects plaisants: on lâche prise, on est en roue libre, on prend le temps de regarder et de souffler, alors que dans la montée on serrait les dents.

Mais la descente, c’est aussi la fin de la balade, le jour qui décline, les jambes qui flageolent… C’est comme quand on prend de l’âge : le corps fatigue, mais l’esprit grandit en sagesse et en sérénité. Ne rigolez pas, il y a des preuves, vous allez voir…

Pour en revenir à la crise de la quarantaine, elle correspond donc à la prise de conscience que l’on se trouve à peu près au milieu de notre vie.

Elle est ce moment où l’on comprend qu’on est – peut-être - plus près de la fin que du début, plus près du jour de notre mort que de celui de notre naissance ; que nous avons plus d’années derrière nous que devant ; qu’on n’est plus tout à fait des jeunes mais pas encore des vieux ; et que de nouvelles générations pleines d’énergie sont en train de nous pousser vers la sortie…

Bon, tout ça pourrait n’être pas très gai. Mais il y a quand même des bonnes nouvelles !

La principale c’est que presque toutes les recherches montrent qu’en vieillissant on devient plus apte au bonheur. La plupart des personnes voient leur niveau de bien-être émotionnel augmenter régulièrement à partir de 45 ans, et ça monte comme ça, de plus en plus, jusqu’à au moins 70 ans.

Il y a tout un tas d’explications possibles.

Les matérialistes disent que c’est parce qu’à partir de 45-50 ans, les enfants commencent à être grands et moins fatigants, on est en train de finir de rembourser le crédit de l’appartement, on a mis en principe sa carrière professionnelle sur des rails, etc. Bref, plus de bonheur parce que moins de stress…

Mais il y a d’autres raisons, plus psychologiques. Comme on prend de l’âge et qu’on sait compter, on comprend qu’il ne nous reste plus un temps de vie illimité.

Pour certains, c’est terrifiant, et ils refusent de vieillir : ils se jettent sur les voitures décapotables, la chirurgie esthétique, les vêtements de jeunes, la musculation et le régime sans gluten ; ils se font teindre les cheveux, blanchir les dents, et même, si besoin, échangent leur vieux conjoint contre un plus jeune, tout neuf.

Bon, pour eux, les ennuis ne vont pas tarder, parce que, bien sûr, on perd toujours ce genre de course contre la montre.

Pour les autres, pour la plupart d’entre nous, vieillir, ça va bien sûr nous attrister au début ; mais peu à peu, ça va nous stimuler.

On comprend que le bonheur, c’est maintenant. On lâche les raisonnements qui consistent à se dire « je m’occuperai de mon bonheur quand… » : quand j’aurai remboursé mes emprunts, quand les enfants seront casés, quand je serai calife à la place du calife, quand je prendrai ma retraite, etc.

On comprend que tout pourrait s’arrêter plus vite que prévu, et que ce serait dommage de ne pas avoir savouré la vie avant.

On devient plus intelligent, plus sage, on savoure ce qu’on ne prenait pas assez le temps de savourer ; on s’énerve moins sur ce qui nous énervait et qui n’en valait pas la peine ; on apprend à lâcher prise, à éviter les personnalités toxiques, les rabat-joie, les grincheux et les casse-pieds.

Ce sont tous ces micro-changements qui rendent la seconde partie de notre vie plus belle.

Et vous, du moins si vous êtes concerné(e), comment ça se passe chez vous cette petite crise du milieu de vie ?

Source

L'impact de notre façon de penser sur notre santé

Savez-vous que nos habitudes de pensées, liées à notre personnalité et nos croyances, jouent un rôle prépondérant dans la longueur de nos télomères, sorte de capuchons situés à l’extrémité de nos chromosomes dont la longueur détermine notre longévité et notre santé ?

Nous vous invitons donc à explorer ces "habitudes de pensées" dont les effets ont été démontrés scientifiquement.

À nous de les changer !

Un chromosome avec ses télomères ( CC BY-SA 3.0Lien )

Les pensées qui réduisent nos télomères

L’hostilité cynique

C’est un style émotionnel associant un niveau élevé de colère et l’idée récurrente qu’on ne peut faire confiance à personne.

Elle se caractérise aussi par la tendance à considérer que les autres nous en veulent ou agissent pour nous tourmenter.

 

Le pessimisme

Notre cerveau est programmé pour prévoir le futur.

Il sonde l’environnement en permanence, le compare aux expériences vécues dans le passé à la recherche de menaces potentielles, ceci afin de nous garder en sécurité.

Certaines personnes ont un biais de perception de ces dangers en exagérant les risques dans les situations les plus banales et en s’attendant « au pire ».

C’est ce que nous appelons le pessimisme.

 

Le vagabondage mental

Nous passons en moyenne la moitié de la journée à penser à autre chose qu'à ce que nous sommes en train de faire, notamment en ruminant des idées noires.

Cette habitude réduit la longueur de nos télomères.

 

Faire plusieurs choses à la fois 

Le multi-tâche est dommageable pour nos télomères.

Ce facteur est malheureusement favorisé par les nouvelles technologies et la profusion d’écrans.

Cela demande donc de la discipline pour se concentrer sur une seule tâche.

 

La rumination

Ruminer, c’est ressasser ses doutes et difficultés encore et encore sans pour autant trouver de solution.

Ruminer est par conséquent l’opposé de la réflexion, qui, elle, mène à des issues favorables et à l’action.

 

La répression mentale 

Il s’agit d’une tentative de se débarrasser des pensées et des émotions indésirables.

L’inefficacité de cette technique se cumule à un raccourcissement des télomères lié au stress induit.

Exemple de répression : « Essayez de NE PAS PENSER à un ours blanc ».

Au lieu de chasser la pensée, elle devient obsédante.

 

Les pensées et habitudes qui préservent nos télomères

Les pensées qui préservent nos télomères et augmentent notre longévité peuvent se regrouper sous l’appellation de pensées résilientes.

Ce qui les alimente

Observer nos pensées

Il s’agit de prendre conscience des pensées que nous avons, de les considérer seulement comme des pensées et non comme des vérités.

Voici un petit exercice pour s’y entraîner :

« Fermez les yeux.

Respirez calmement. 

Concentrez-vous sur l’écran de projection dans votre tête.

Faites mentalement un pas en arrière puis regardez passer vos pensées, comme si vous observiez la circulation sur une route très fréquentée. »

Vous devenez ainsi observateur de vos pensées et non plus victime de leur potentialité négative.

 

La pleine conscience

La pratique de la pleine conscience dans nos gestes du quotidien est une solution pour lutter contre l’évasion mentale ou les ruminations.

Exemple de pratique de pleine conscience :

Chaque fois que vous entendez la sonnerie du téléphone, immobilisez-vous un instant et prenez trois profondes respirations pour avoir un esprit calme au moment de répondre. (Si vous êtes une réceptionniste, vous pouvez raccourcir à deux respirations).

L’important est que vous fassiez une pause et preniez au moins une profonde inspiration afin de « nettoyer votre souffle » avant de répondre.

Si vous recevez peu de coups de fil, installez une alarme (sur votre téléphone ou votre montre) qui sonnera plusieurs fois par jour à intervalles inhabituels, (toutes les cinquante trois minutes par exemple).

Lorsque l’alarme se déclenche, immobilisez-vous et respirez.

 

La focalisation sur un objectif qui donne du sens à votre vie

Le sens de la vie est ce qui apporte le bonheur eudémoniste, le sentiment sain de faire partie de quelque chose de plus grand que soi.

Ce type de bonheur transcende, apaise, inspire et permet de vivre plus longtemps.

 

L’altruisme 

Se consacrer aux autres, aider, faire du bénévolat,… toutes ces facettes de l’altruisme ont un effet positif sur notre bien-être et notre santé.

 

La résistance aux frustrations

Apprendre à résister à ses impulsions, être capable de ne pas céder à la tentation de la récompense immédiate de dépenser de l’argent, de conduire trop vite, de manger et de boire en excès,… permet préserver les télomères.

Cette capacité prend idéalement sa source dans l’éducation (notamment bienveillante) mais peut se travailler par la suite.

 

L’auto-compassion

L’auto-compassion est la bonté envers soi-même, être tolérant et compréhensif envers soi, se pardonner et s’autoriser à exprimer nos émotions.

Pour mesurer votre degré d’auto-compassion, répondez à ces questions qui proviennent d’un test de Kristin Neff :

- Essayez-vous d’être patient et tolérant envers les aspects de votre personnalité que vous n’aimez pas ?

- Quand une chose pénible se produit, vous efforcez-vous d’avoir une approche équilibrée du problème ?

- Vous rappelez-vous que tout le monde a ses défauts et que vous n’êtes pas seul ? 

- Vous accordez-vous l’attention que vous méritez ?

Si vous avez répondu "oui" à ces questions, vous avez un haut niveau d’auto-compassion.

Maintenant répondez à ces questions :

- Quand vous ne réussissez pas quelque chose d’important pour vous, vous critiquez-vous ?

- Êtes-vous ravagé par l’impression d’être mauvais ?

- Vous condamnez-vous pour vos défauts ?

- Vous sentez-vous isolé et seul, séparé des autres ?

Si vous avez répondu "oui" à ces questions, votre niveau d’auto-compassion est faible.

 

Source 

 

 Formation ydr gabs

"Rire ce n'est pas fuir la réalité, c'est plonger corps et âme en pleine existence"  Alexandre Jollien

Choisir de rire

Le Yoga du Rire est une pratique, pas un divertissement.

Chaque individu peut influencer son niveau de bien-être selon les efforts qu'il fait ou pas.

Notre organisme ne fait pas la différence entre un rire intentionnel et un rire spontané

On obtient les mêmes bienfaits physiologiques et psychologiques au bout de 10 à 15 minutes de rire ample volontairement soutenu. 

Un entraînement régulier est nécessaire comme n'importe quel apprentissage (sinon ce serait comme décider de courir sans jamais courir). 

S'entraîner permet aussi d'améliorer notre équilibre émotionnel.

Arbre ydr rose grand format web